Biographie

Théâtre
Née à Fribourg-en-Brisgau, Johanna Wokalek a étudié l’art dramatique au Séminaire Max Reinhardt de Vienne, entre autres dans la classe de Klaus Maria Brandauer. Encore étudiante, elle débute au théâtre et au cinéma. De 2000 à 2016, elle est membre permanent de la troupe du Burgtheater viennois, où elle travaille sous la direction de metteurs en scène tels que Luc Bondy, Andrea Breth, Peter Zadek, Thomas Vinterberg et Dieter Giesing. En 2016, elle joue dans Platonov mis en scène par Alvis Hermanis et Tartuffe mis en scène par Luc Bondy. Parmi ses rôles les plus importants au Burgtheater, on peut citer les rôles-titres dans La Petite Catherine de Heilbronn de Kleist ou Emilia Galotti de Lessing.

 

Cinéma
Pour son interprétation du rôle principal dans le film de terroir allemand Hierankl de Hans Steinbichler (2003), Johanna Wokalek a reçu le Prix du film bavarois, le Förderpreis Deutscher Film (meilleure actrice) et le Prix Adolf Grimme (Or). En 2005, le succès du film Barfuss de Til Schweiger assoit sa réputation. On peut la voir ensuite dans le drame alpin Duel au sommet de Philipp Stölzl (2008), dans La Bande à Baader d’Uli Edel (2008) et dans le drame historique La Papesse Jeanne de Sönke Wortmann (2009), où elle interprète le rôle-titre. Johanna Wokalek joue également dans Les Jours à venir de Lars Kraume (2010) et dans la comédie Anleitung zum Unglücklichsein de Sherry Hormann (2012). L’année 2017 la voit à la télévision dans le film en deux épisodes Landgericht de Matthias Glasner sur ZDF qui a reçu le Prix Grimme en 2018, et au cinéma dans Freiheit de Jan Speckenbach, présenté au festival de Locarno. Dans l’émission de 3sat « Wahnsinnswerke: Nora », Johanna Wokalek parle de sa rôle dans Freiheit. En octobre 2018, le film Wuff de Detlev Buck sortirait en salles.

 

Théâtre musical
Après ses débuts lyriques lors de la création de Charlotte Salomon de Marc-André Dalbavie au festival de Salzbourg 2014, Johanna Wokalek a interprété en 2015 le rôle de la Magicienne – augmenté d’un prologue et d’un épilogue écrits par la comédienne – dans une production de Didon et Énée d’Henry Purcell dirigée par Thomas Hengelbrock. Elle a en outre incarné Jeanne d’Arc dans l’oratorio éponyme d’Arthur Honegger mis en scène par Àlex Ollé (La Fura dels Baus) à l’Opéra de Francfort.

 

Créations
Parallèlement à ses activités au théâtre et au cinéma, Johanna Wokalek participe depuis quelques années à la réalisation de projets développant de nouvelles formes d’expression artistiques à partir de l’interaction entre musique, théâtre, littérature et arts plastiques. En collaboration avec le Chœur Balthasar Neumann, elle enregistre en 2011 le CD « Nachtwache », un programme mêlant musique et poésie du Romantisme allemand qui révèle le potentiel créateur de la collaboration entre Johanna Wokalek et le chef d’orchestre Thomas Hengelbrock. En 2015, la comédienne fait l’ouverture du festival de théâtre de Hambourg avec un programme conçu par ses propres soins : « Laissez-moi », une lecture mise en scène et musicale d’extraits du roman épistolaire éponyme de Marcelle Sauvageot. Dans le cadre de l’exposition Manet à la Kunsthalle de Hambourg en 2016, Johanna Wokalek présente un portrait fascinant du Paris de la Belle Époque avec « Nana », une mise en scène musico-littéraire. Actuellement, elle développe en partenariat avec l’ensemble cubain « Caribe Nostrum » le programme musico-littéraire « Cuba – en quête de traces », créé en Allemagne en août 2017.

Johanna Wokalek est mariée depuis 2012 au chef d´orchestre Thomas Hengelbrock. Le couple a un fils et vit à Paris et Hambourg.